Juin 08

Une formation à la communication avec les personnes sourdes

Chers Adhérents

Le Collège diversifie son offre de formation en dehors de la maitrise de stage, et nous vous proposons des formations plus axées sur le biomédical. Il en existe notamment pour la maladie de Parkinson, pour les infiltrations, etc…

Une d’entre elles nous tient à coeur : la communication avec le patient sourd. Nous vous proposons de visualiser cette boite à outil issue d’un travail de thèse d’une de nos internes, Sanae Benoit.

Lien vers la vidéo (4 minutes)

N’hésitez pas à y jeter un coup d’oeil.

Amitiés

Mar 25

Mementum sur les formations à la maîtrise de stage

Depuis 2023 la prise en charge par l’AnDPC a évolué, et le CEMG a essayé de s’adapter pour continuer à vous proposer des formations pédagogiques de qualité.

  • Pour la Maîtrise de Stage de Niveau 1 (Observation et supervision directe), la formation appelée SIAMS se déroule sur 3 jours. Elle est prise en charge en totalité par l’AnDpc. Elle vous permettra d’accueillir un interne de médecine générale de la phase socle.
  • Pour la Maitrise de Stage de Niveau 2 (SASPAS), l’AnDpc prend en charge une formation intitulée S4 se déroulant sur deux jours. Cette formation vous donne les outils pour appréhender la supervision indirecte.
  • Cependant pour notre collège, il apparait plus pertinent pédagogiquement de compléter cette formation avec une journée dédiée à la rétroaction de l’interne. Cette formation est alors intitulée S4-S6. Elle se déroule alors sur 3 jours.
  • La dernière journée n’est pas prise en charge par l’Andpc. Pour contourner cette difficulté le CEMG propose de financer la dernière journée à ses Adhérents.

Ainsi, pour le Nord Pas-de-Calais, le CEMG ne proposera que des séminaires S4-S6.

Bien pédagogiquement

Dr Maurice Ponchant

Secrétaire général du CEMG

Jan 07

Vœux du président

Logo_CEMG

Collège des Enseignants de Médecine Générale

   Nord – Pas de Calais

Cabinet du Pr Marc Bayen

147 rue René Golliot

59287 Guesnain

Chers Amis,

Accompagné par les membres du Conseil d’administration, je vous présente ainsi qu’à vos proches tous nos vœux de bonheur et santé pour l’année nouvelle.

2023 n’a pas été une année facile tant pour nos patients que pour les enseignants de médecine générale.

Nous avons une pensée particulière pour nos collègues du Montreuillois, qui malgré les inondations ont continué à travailler et à enseigner.

Les difficultés rencontrées avec l’AnDpc ne nous ont pas empêché de réaliser 18 formations à la maitrise de stage et en pédagogie. C’est grâce au travail de notre référente formation le Dr Judith Ollivon, qui a pu réunir autour d’elle une équipe de 18 organisateurs et de 23 animateurs.

Toujours dans l’idée de soutenir nos adhérents enseignants, le Dr Anne Marie Regnier et le Dr Barbara Trailin ont accepté la mission d’aider et d’accompagner les MSU en difficulté pédagogique.

Enfin, en 2023, nous avons obtenu pour notre spécialité la phase de consolidation et la création du Dr Junior en médecine Générale.

2024 doit être l’année de réaliser des grands défis pédagogiques :

  • Augmenter le nombre de MSU capables d’encadrer ces Docteurs Junior.
  • Continuer à former les enseignants de médecine générale à la direction de thèse, au tutorat dont nos étudiants ont grand besoin.
  • Développer notre réseau de Recherche avec notre référente le Dr Sabine Bayen.
  • Aider la publication de nos travaux : le Dr Charles Cauet a la charge d’un atelier d’écriture.

Nous sommes au 31 décembre 178 adhérents au CEMG, un nombre en augmentation qui nous rend optimiste pour la poursuite de ces objectifs.

Nous vous donnons rendez-vous au 08 juin pour la matinée des MSU à Bois Grenier, où nous espérons vous voir nombreux !

Bien Amicalement

Pr Marc Bayen

Président du CEMG

Nov 03

Information sur la répartition des stages pour les internes de Médecine Générale

Lille, le premier novembre 2022

 

Chers Amis.

 

Lors de la dernière répartition des stages des internes de médecine générale , 13 unités pédagogiques n’ont pas été pourvues en interne de niveau 1 et 17 unités pédagogiques de SASPAS, certaines d’entre elles n’ont aucun interne.

Certains des maitres de stage de ces Unités pédagogiques se sont émus de cette situation.

Nous vous rappelons que la répartition des internes est règlementée par un texte de loi, que l’Agence régionale de santé demande au Département de Médecine Générale d’appliquer.

Ci-dessous vous trouverez le paragraphe concerné. (La totalité du texte de loi est disponible sur le site Legifrance) (https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000034419758)

 

 

Arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecin

 

Article 19

La commission d’évaluation des besoins de formation vérifie que le nombre de lieux de stage et de praticiens agréés-maîtres de stage des universités ainsi que la nature des lieux de stage est en adéquation avec le nombre d’étudiants inscrits dans les différentes phases des différentes spécialités, dans les options et dans les formations spécialisées transversales au regard du bon déroulement des maquettes de formation.


Elle donne un avis au directeur général de l’agence régionale de santé sur le nombre minimum de postes à ouvrir, chaque semestre, pour chacune des phases mentionnées à l’article R. 632-20 du code de l’éducation par spécialité pour les étudiants.


Pour la phase socle et la phase d’approfondissement et pour chacune des spécialités listées par arrêté des ministres chargés de l’enseignement supérieur et de la santé, ce nombre minimum de postes à ouvrir est égal à 107 % du nombre des étudiants de la subdivision inscrits dans la spécialité concernée et qui accompliront un stage au cours du semestre concerné, arrondi à l’entier supérieur. Lorsque le nombre des étudiants inscrits dans la spécialité et qui accompliront un stage au cours du semestre concerné est inférieur à 15 alors le taux de 107 % ne s’applique pas et le nombre minimum de postes à ouvrir dans la spécialité concernée est égal au nombre de ces étudiants majoré de deux. Lorsque le nombre des étudiants inscrits en médecine générale et qui accompliront un stage au cours du semestre concerné est au moins égal à 430 alors le taux de 107 % ne s’applique pas et le nombre minimum de postes à ouvrir en médecine générale est égal au nombre de ces étudiants majoré de 30.

Pour la phase de consolidation et pour chacune des spécialités listées par arrêté des ministres chargés de l’enseignement supérieur et de la santé, ce nombre minimum de postes à ouvrir est égal à 107 % du nombre des étudiants de la région inscrits dans la spécialité concernée et qui accompliront un stage au cours de l’année ou du semestre concerné, arrondi à l’entier supérieur et réparti de manière équilibrée entre les subdivisions de la région.

Lorsque le nombre des étudiants inscrits dans la spécialité et qui accompliront un stage au cours de l’année ou du semestre concerné par dérogation prévue par les maquettes de formation est inférieur à 15, alors le taux de 107 % ne s’applique pas et le nombre minimum de postes à ouvrir dans la spécialité concernée est égal au nombre de ces étudiants, majoré de deux.


Une dérogation aux dispositions des deux alinéas précédents peut être accordée par le ministre chargé de la santé sur demande motivée de la commission d’évaluation des besoins de formation.

 

De ce fait certains d’entre nous n’aurons pas soit de N1 soit de SASPAS voire aucun interne lors des prochaines répartitions.

Ce temps libéré peut-être mis à disposition pour recevoir des externes.

 

Bien Amicalement

 

Dr Maurice Ponchant

Secrétaire général du CEMG

 

Articles plus anciens «